Agregat cérébral - L'homme est-il un animal?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Agregat cérébral - L'homme est-il un animal?

Message par rGOt le Ven 9 Nov - 1:17

Le site n'existe plus, je copie/colle:

L’être humain a beau se gargariser de sa "supériorité", il n’en demeure pas moins un vulgaire animal parmi tant d'autres…


Selon la théorie du professeur P. D. MacLean, le cerveau humain aurait connu trois transformations évolutives bien distinctes anatomiquement et psychologiquement. Et, couche après couche, un peu à la façon d’un système « écrasé » version après version, notre cerveau aurait conservé quelques ersatz de ces différentes étapes…


À la base, hérité de nos plus lointains ancêtres, il y a le cerveau reptilien :
Comparable à celui du crocodile (d’où son nom, forcément), il est à la source de nos pulsions fondamentales (faim, soif, sexualité, agressivité, imitation, etc.) et il assure une réponse immédiate au présent. Et, à ce titre, il privilégie l’odorat, notre sens le plus développé soit dit en passant… Un exemple : n’avez-vous jamais goûté un aliment quelconque et trouvé qu’il avait un goût d’eau de javel ? Pourtant vous n’avez jamais goûté d’eau de javel ! C’est juste que votre cerveau, lui, a retenu son odeur.
Enfin, le cerveau reptilien, ou du moins ce qu’il nous en reste (l’hypothalamus ou « cerveau de notre milieu inférieur »), est en liaison intime avec notre équilibre biologique et endocrinien (relatif aux glandes à sécrétion interne dont les produits sont déversés directement dans le sang). Et il commande également l’hypophyse qui, elle, commande à toutes nos glandes qui vont contrôler le fonctionnement de nos cellules. Bref, c’est le « côté obscur » de notre cerveau, cette infime partie qui fait que malgré toute notre superbe évolutionniste nous sommes et restons avant tout des animaux…

Puis, autour et au-dessus de ce « premier cerveau », vient le cerveau paléo-mammalien :
Comparable à celui du cheval (comme son nom ne l’indique pas forcément), ce cerveau introduit l’affectivité, les soins parentaux, la notion de société ou sens du clan, et de ce fait il se base sur l’importance de la vocalisation et de l’audition. Il privilégie la communication, en somme… Or, l’affectivité nécessite une mémoire à long terme, car la notion de plaisir ou de déplaisir requière le souvenir d’une expérience passée (car s’il faut apprendre avec l’expérience, il faut également retenir ce qui est bon ou non pour notre bien-être).
Mais qui dit mémoire, dit motivation ! Qu’un événement ne vous intéresse pas et vous ne mémoriserez rien ; en revanche, qu’il vous plaise ou vous déplaise, vous aurez tôt fait de vous en souvenir afin de le réitérer ou de l’éviter.

Enfin, encore autour et vers l’avant de cet agrégat cérébral, point le cerveau néo-mammalien :
Ce cerveau là, c’est le nôtre rien qu’à nous, avec ses lobes frontaux, qui connaît la raison et le langage symbolique (à la différence des autres langages animaux). Et, à ce titre, il privilégie la vision… Il nous permet l’abstraction, l’association (quoique nous ne soyons pas les seuls, certains singes la possèdent également) et l’imagination. Or l’imagination est sans aucun doute la plus déterminante de ses particularité (d’où un recours plus fréquent au sens de la vision), car imaginer nous permet, entre autres, d’inventer de nouveaux comportements à partir d’anciennes expériences.
En somme, le cerveau néo-mammalien est le cerveau de l’anticipation, de l’avenir, à la différence de son ancêtre le cerveau reptilien qui, lui, reste figé dans le présent et ses impératifs…


Bref, ceci explique cela. Nous sommes à l’aube du 3e millénaire et c’est à se demander si l’Histoire a un sens. Et par Histoire, avec un grand « h », je veux dire « expérience ». Car, à la lueur de cette théorie, nous serions censés tirer des leçons du passé, tandis que nous nous démenons corps et âmes à répéter les mêmes conflits. Le bien contre le mal, les blancs contres les noirs, les catholiques contre les musulmans, les juifs contre les arabes, les hétéros contre les homos… En gros, la peur envers la différence !

Mais, le pire dans tout cela, finalement, est que nous ayons aliéné nôtre toute relative "supériorité" à nos instincts les plus primaires, pour ne pas dire reptiliens… Car s’il est un fait que l’Homme - et non la Femme, malgré sa fête, car s’il y a différence louable entre ces deux êtres elle est bel et bien là – je disais donc que s’il est un fait que l’Homme soit humain, trop humain, c’est dans cette triste capacité qu’il a de reproduire "version" après "version" les mêmes bugs, à savoir l’ignorance et l’intolérance.

Alors, plus évolués nous sommes (comme dirait Yoda), c’est incontestable, mais vers quoi, je « nous » le demande… ?
avatar
rGOt
KiK Krew

Masculin
Nombre de messages : 764
Age : 228
Localisation : Içi et ailleurs
Emploi/loisirs : Vivre ma Vie
Humeur : du jour
Date d'inscription : 18/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://rgot.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Agregat cérébral - L'homme est-il un animal?

Message par Ti'Nap le Ven 9 Nov - 4:17

texte très interressant !
tu connais pas d'autres sites que celui effacé qui aborde le sujet ?

enfin bon moi jdis, heureusement qu'on a le cerveau néo-mammalien sinon on aurait pas de miouzik aussi bien !!

_________________
pwet pwet




Je vois la danse être utilisée comme moyen de communiquer d'âme à âme – pour exprimer ce qui est trop profond, trop subtil, pour les mots.
Ruth St. Denis

Danser, c'est comme parler en silence. C'est dire plein de choses sans dire un mot.
Yuri Buenaventura
avatar
Ti'Nap
KiK Krew

Féminin
Nombre de messages : 529
Age : 30
Humeur : happy :D
Date d'inscription : 26/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Agregat cérébral - L'homme est-il un animal?

Message par briOche le Ven 9 Nov - 4:33

Vraiment très enrichissant ! Ca me rappelle les cours de philo ..
La race humaine est elle vraiment si supérieure ? Elle possède comme élément clé la capacité d'abstraction/l'imagination, qui lui permet de se developper au delà de l'adaptation au milieu, mais s'auto-détruit .
Alors mieux vaut -il une espèce developpée qui s'auto-détruit ou une espèce plus instictive qui privilégie sa survie?
Avec son évolution l'homme n'est-il pas devenu un danger pour lui même et toutes les autres espèces ?

Désolée je divague.. en tout cas je trouve ça très interressant de connaitre ces étapes du developpement ! Merci :)
avatar
briOche
Partisan de KOBY
Partisan de KOBY

Féminin
Nombre de messages : 106
Age : 27
Localisation : 95 reprézent'
Emploi/loisirs : étudiante en rosbeef. papparaziter les gens et le lever de soleil en tawa, lire, écrire, dessiner..
Humeur : GARDE LA PECHE!
Date d'inscription : 25/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://at0mic-pw0ua.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Agregat cérébral - L'homme est-il un animal?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum